mardi 18 octobre 2016

Nouvelle Zélande - les extraordinaires lacs Pukaki et Tekapo NZ2016#14

Nous quittons les Moeraki boulders et le bord de mer pour nous enfoncer dans l'île du Sud et retourner vers les montagnes. Direction, Twizel, une ville paumée au pieds des Alpes du Sud qui a été conçue en 1968 pour loger les nombreux ouvriers nécessaires à la construction d'un barrage hydro-électrique. Cette ville n'a absolument rien d'intéressant, si ce n'est le passage du tournage du Seigneur des Anneaux dans les années 2000 et surtout les magnifiques paysages qui l'entourent. Ici, l'attraction, c'est le lac Pukaki, son extraordinaire couleur bleu laiteuse et les montagnes au loin.

Lac Pukaki par beau temps.
Nous arrivons en fin d'après-midi sous des trombes d'eau. Autant dire que les paysages magnifiques sont inexistants vu le temps qu'il fait. Nous poussons tout de même jusqu'aux rives du lac Pukaki. La couleur bleue (toujours aussi extraordinaire surtout compte tenu qu'il fait gris gris) est bien là, mais les montagnes sont cachées dans les nuages.

Lac Pukaki sous la pluie, c'est pris exactement au même endroit que la photo ci-dessus.
Ce premier contact humide avec le lac Pukaki nous laisse un peu sur notre faim, mais on ne choisit pas la météo et la NZ est un pays de pluie (au moins autant que l'Irlande !!).
Le lendemain matin, grand soleil, sitôt le petit dej englouti, nous partons à nouveau sur les rives du lac, et là, c'est vraiment magique (encore une fois !).

Lac Pukaki au petit matin...
Un petit coucou des monts enneigés au loin

J'ai encore du mal à me remettre de ce bleu. Il parait que cela vient de suspensions de particules de roches (du mica en particulier). Mais en fait, on s'en fiche d'où ça vient, c'est une nouvelle merveille de Nouvelle Zélande. On se croirait au bord de la mer.  Et cette lumière du matin, les couleurs de ce début d'automne, c'était juste extraordinaire. Parmi les plus beaux paysages que j'ai vus.

Même les nuages sont bleus ! ;-)

Panoramique sur le lac Pukaki.
Ce lac s'étend jusqu'au pied des glaciers, il y a même une zone où on peut voir des icebergs y flotter. Mais le temps nous a manqué pour aller jusque là, ce qui est bien dommage. 
Il a finalement fallu laisser ce magnifique lac derrière nous (à contre-cœur pour ma part), pour rejoindre un second lac bleu, le lac Tekapo.

Panoramique des paysages traversés
Le mont Cook qui s'est découvert pour nous...
Peut être était-ce l'horaire plus tardif, peut être était-ce le monde, peut être que je commençais à être blasée (peu probable mais bon...), mais le lac Tekapo m'a un peu moins emballée que Pukaki. Enfin, je fais ma difficile hein, c'était quand même super chouette. Là encore, une belle eau bleue qui s'étend jusqu'aux montagnes... Mais j'ai préféré Pukaki.



A peine avons-nous quitté Tekapo que la pluie nous tombait dessus ! On a eu de la chance de voir ces beaux lacs sous le soleil.

Rendez-vous prochainement pour le dernier article consacré à la Nouvelle Zélande !

mardi 11 octobre 2016

Les Moeraki boulders de Nouvelle Zélande NZ2016#13

Nous quittons la charmante Dunedin pour rejoindre la ville de Twizel, avant dernière étape de notre voyage, près des montagne. En chemin, il serait difficile de manquer l'une des plus étonnantes attractions naturelles de Nouvelle Zélande (enfin, pas aussi étonnante que Waï-o-tapu quand même). Nous nous arrêtons sur la plage de Koekohe pour admirer les fameux Moeraki boulders.


"Il y a plus d'un millier d'années, les navigateurs maoris ont rejoint la Nouvelle-Zélande en provenance de « Hawaiki », la terre des ancêtres. Un canoë s'est retrouvé isolé lors d'une terrible tempête et s'est échoué sur la côte. Les restes du canoë et les survivants se sont changés en pierre."  (source kiwipal) Le temps et l'érosion de la mer auraient ensuite façonné ces pierres jusqu'à en faire des boules parfaitement rondes.

Leurs dimensions sont impressionnantes, elles peuvent aller jusqu'à plus d'1,5 m de diamètre. Tels des oeufs de dragons déposés là sur la plage, on les dirait en sommeil, dans l'attente de Daenerys de l'éclosion... D'ailleurs à y regarder de plus près, certains se sont déjà envolés...


A la question : mais qu'est-ce que c'est que ces trucs ? Il y a de nombreuses réponses, plus ou moins réalistes... Moi, j'ai retenu que c'était des concrétions rocheuses au départ que que petit à petit l'accumulation de roches en a fait une boule (un peu comme les cailloux de calcaire dans les canalisation qui se forment à partir d'une poussière). Ces boules se sont formées il y a très longtemps et sont maintenant recrachées par la falaise avec l'érosion. Parce que oui, ces boules "sortent de la falaise", comme ça :

Boulder en cours d'éjection.
Le même dans l'autre sens.
Ces boules sont parfois parfaitement sphériques, mais on voit aussi des formes hexagonales sur certaines, que l'usure du temps accentue. Et encore une fois, on pense aux dragons...


Pour ceux qui me lisent depuis un moment, ce n'est pas sans rappeler les formes de roches vues à la chaussée des géants en Irlande du Nord.

Et dedans, ça ressemble à quoi ? Et bien dedans, il y a: ( Un dragon ?? )



Et bien non dommage, pas de dragon, mais une forme minérale, qui est quand même super jolie. Enfin moi j'aime bien, on dirait une géode. Et puis, c'est marrant parce que la couleur orangée est vraiment très différente de celle de l'extérieur. Comme un trésor à préserver.


Ce qui est sûr, c'est que dragon ou pas, cet endroit est vraiment particulier. Cette plage est d'un romantisme absolu. Une grande étendue de sable, avec ces roches éparpillées, il y a une vraie sérénité qui se dégage de cet endroit. Et pourtant, il ne fait pas très beau en ce milieu de journée (mais quelle lumière !!). Et pourtant, contrairement à ce que mes photos laissent penser, il y a beaucoup de monde.

Panoramique pris du bord de l'eau (cliquez pour voir plus grand).
Difficile d'avoir des photos sans quelqu'un debout sur une boule.
Quand la marée monte, ça doit donner encore un autre effet, mais je suis heureuse de les avoir vus de près, à marée basse avec ce temps. Bref, le moment parfait. J'y serais restée la journée si j'avais pu (et si j'avais eu la plage pour moi toute seule !!). Un lieu incontournable de l'Île du Sud, un très beau souvenir.






J'espère que cet article vous aura plu autant qu'il m'a plu de voir cet endroit. Notre voyage en Nouvelle Zélande approche de sa fin, mais ce qu'il me reste à vous montrer est vraiment étonnant ! (Oui, on dirait une affreuse pub d'internet !).

Pour en savoir plus sur les versions plus "fofolles" ou même plus sérieuses de la formation de ces boulders, je vous invite à lire l'excellent article de kiwipal.

Kia ora !

mardi 27 septembre 2016

Cauterets - Rando Pyrénées - Le plateau du Marcadau

Ce jour-là, nous nous sommes levés très tôt. Mais genre vraiment très très tôt, à 4h30 (ben oui, c'est tôt), pour partir au Pont d'Espagne et rejoindre la montagne avant le lever du soleil. On voulait voir des isards et des bouquetins d'un peu plus près, espérant que la fraîcheur de la nuit les auraient incités à descendre des hauteurs vers les vallées plus accessibles. C'est donc à la lueur des lampes de poches que nous nous sommes rendus près du refuge du Clot pour attendre le soleil et les animaux.


Ça un côté réellement apaisant d'avoir la montagne pour nous tout seul à 6h du matin. Pas un bruit, le ciel commence à s'éclaircir doucement, on finit de se réveiller en même temps que la nature. L'impression d'être seuls au monde.

Si le soleil a bien fait son apparition à l'heure prévue, les animaux, en revanche, ont fait les timides et sont restés bien loin de nous. Les jumelles nous ont permis d'apercevoir des isards (mais vraiment très loin) et aucuns bouquetins, plus difficiles à observer, n'ont daigné se montrer.

Ce n'est pas bien grave, nous avons bien profité des premières lueurs du jour et de ces belles images en ombres chinoises...



À partir de 8h00, il était trop tard pour espérer voir nos fameux isards de près, nous avons donc entamé notre promenade vers le plateau du Marcadau. Cette randonnée est facile. Elle démarre à 1505 m au Pont d'Espagne et finit à 1865 m... Comparée à d'autres randonnées faites les jours précédents, ça aurait relevé de la promenade de santé si on ne s'était pas levés avant l'aube. La promenade est cependant très agréable et les paysages variés, passant d'une vallée à l'autre en longeant la rivière. J'ai peu de photos de la première partie, car on papotait avec nos amis Chantal et Jean venus avec nous.

Racines d'arbres.
Détail d'écorce.
L'arrivée sur le plateau du Marcadau est spectaculaire. Après un dernier ressaut (enfin, presque !) dans les arbres, au détour d'un virage, un paysage très ouvert s'offre à nous !

Avant le virage,
après le virage !
Le plateau du Marcadau est en fait le point de rencontre de 3 vallées et a longtemps servi de route de commerce avec l'Espagne (d'où son nom, "mercado" veut dire marché en espagnol).
Le site est vraiment très beau avec ses vallons, ses arbres torturés, son refuge, sa petite chapelle et sa rivière transparente.






Ces paysages m'ont rappelé ceux de l'Irlande, bien que moins verts et plus en altitude. Encore quelque chose de différent de ce que nous avions vu jusque là.
Après un pique-nique et une sieste (bien méritée !) au bord de la rivière, nous sommes rentrés au Pont d'Espagne dans la brume (encore !) après avoir bien profité de la belle matinée.